HORS-SERIE : Moi, CM au FRAMES #1.

Cette semaine, Mama Pitch vous met dans sa poche et vous emmène pour suivre son expérience au Frames Web Vidéo Festival. Entrons donc dans les coulisses de ce festival Avignonnais, terrain de rencontres, d’apprentissage, d’ échange et de collaborations pour vidéastes et public ! Préparez vos petons, on va avaler des kilomètres.

PREAMBULE

Pour commencer : C’est quoi le Frames ?
Le Frames, c’est un festival avignonnais qui a vu le jour en 2016 après plusieurs années de travail. Pendant deux jours, des vidéastes sont invités à venir rencontrer le public, faire (re)découvrir leur travail au travers d’interventions variées : conférence, débat, projections…
Il est précédé par trois journées professionnelles où les vidéastes peuvent se rencontrer, échanger, se rapprocher de grosses structures telles que Arte France, France.tvslash ou encore YouTube.
Et qui, curieusement se nomme… Le Frames Pro.
Ensuite : C’est quoi un CM ?
Je sais que la plupart d’entre vous le savent, mais ma grand-mère qui me lit régulièrement (Coucou Mamie !) l’ignore peut-être alors…
Le CM gère la communication d’une entreprise, une marque ou en l’occurence ici, d’un évènement à travers les réseaux sociaux.
Il s’agit de promouvoir, développer une communauté, et faire vivre le Frames à ceux qui n’ont pas pu y être et s’assurer que l’année prochaine, ils n’hésitent plus à acheter leur billet.

PAR LE POUVOIR DE LA COM DIGITAL !

J’adore Youtube.
Bien sûr, je ne parle pas de sa politique de rémunération des vidéastes ou de sa manière outrancière (et vaine) d’essayer de nous vendre une version payante pour éviter des publicités aussi bien ciblées que le choix de carrière de Francis Lalanne.
Je fais allusion à ce que YouTube (et quasi-feu Dailymotion) ont apporté en termes d’offre culturelle et de diversité de contenu.

  • Je rentre de soirée et j’ai envie de savoir comment se reproduit une baudroie abyssale ?
  • Je me réveille avec l’envie irrépressible de savoir ce qui serait advenu si Pablo Escobar était devenu le président Colombien ?
  • En prenant une douche, je me découvre une envie irrépressible de partir à la découverte du folklore Berrichon ?
  • Lassée d’être prise pour un jambon par Ubisoft, je me demande si je dois payer 70 balles pour le nouveau Far Cry ?
  • Etc, etc…


D’ailleurs, Mama Pitch, pour vous fournir un contenu de qualité sans bisphénol, s’appuie souvent sur des chaînes dont le contenu est ciblé et pertinent.
YouTube, c’est ma télé, en mieux.
Nombre de vidéastes talentueux se sont lancés dans l’aventure, prouvant ainsi qu’il n’est pas nécessaire de faire partie du paf et de sniffer des lignes d’autoroutes pour fournir des émissions de qualité.
Et qu’à l’instar de la télé-réalité, on peut aussi être filmé parce qu’on a du talent.
Youtube c’est aussi l’irrévérence de la normalité. Ici, pas de discours lissé et exempt de gros mots, chaque chaîne est empreinte de la personnalité de son créateur. Je peux ainsi parfaire mon catalogue d’insultes fleuries en regardant une vidéo de “Joueur du Grenier”.
Naturellement, et comme à la téloche, y’a du bon, du moins bon et du déchet.
A tel point que certains contenus viraux (aussi intelligents qu’un bulot sous héroïne) comme les “pranks” ont été baptisés : Le YouTube cancer.
Mais chacun choisit son contenu et c’est tellement cool de suivre un vidéaste, de voir ses progrès, ses changements d’orientation.
Comme dirait l’autre : il n’y a pas de mauvais outils, juste de mauvaises utilisations.

Donc vous aurez compris (enfin je l’espère), que YouTube fait partie intégrante de ma vie.

J’adore les réseaux sociaux.
Et comme une grande partie de la population, j’y suis accroc.
Bon ok, ils peuvent être le temple de la haine, de la fake-news et plus impardonnable, ils ont conduit à la propagation de la “cancel-culture” plus vite que l’épidémie de COVID.
Mais ! Ils sont aussi un lieu de créativité, de dérision et bien sûr d’information puisque tous les grands organes de presse ont bien compris qu’ils ne pourraient pas faire sans.
Je les qualifierai aussi de… thermomètre rectal de la société. Précis, mais pas très agréable.
Un célèbre inspecteur de fiction à gros calibre a dit :

“Les avis c’est comme les trous du cul, tout le monde en a un.

Pour prouver cette affirmation devant un tribunal, rien de plus simple !
Il suffit d’imprimer une journée de mon fil d’actu Twitter.
Je vous accorde qu’assez souvent ces avis ont autant d’intérêts qu’un livret A et peuvent se montrer aussi déprimants qu’une chanson de Mylène Farmer.

Ceux qui me connaissent savent que je voue également un culte au meme.

Exemple de meme


Une journée sans meme, c’est une salle d’attente sans magazines : inutile et déprimante.

Les réseaux sociaux, c’est une société avec ses codes, ses interdits (l’autolike c’est Satan mes petits boudins créoles !), un outil sociologique qui vaut tous les livres de Houellebecq.
Tout comme vous, l’abus de réseaux sociaux peut avoir tendance à me donner envie de défragmenter des visages à coups de bêche…
Mais… Une solution existe !
Un soupçon de je m’en foutisme, une bonne dose de cynisme : Réveilles le troll qui sommeille en toi !

« Bla, bla, beurk, les assistés dépensent l’allocation rentrée scolaire…bla,bla »

Votre Mama Pitch est un troll. Modéré, mais un troll quand même.
Le Troll garde son coeur sur lui, contrairement au “Hater” qui le met au frigo avant de se connecter.
Parfois, face à la haine, la bêtise et l’inhumanité…mieux vaut une bonne blague en public qu’une croisade. C’est l’esprit du Troll.
Si Facebook reste mon réseau préféré parce que je suis une Mama boomer, Twitter permet parfois de faire entendre sa voix à des personnalités publiques, et se trouvait aussi être un excellent outil d’évaluation des défaillances mentales de Donald Trump. Instagram offre des outils créatifs très variés, Clubhouse se base sur la voix, Snapchat permet d’acheter de la drogue…
A chaque besoin, son réseau.
Pour autant, Mama Pitch n’est pas (trop) stupide, c’est un outil qui ne présente pas que des avantages.
Il serait sans doute judicieux, dans un futur proche, pas trop tardif, de se pencher sur l’utilisation des réseaux sociaux chez les jeunes et de leur apprendre à s’en servir prudemment plutôt que de faire comme s’ ils n’existaient pas.
Bon je pense avoir assez enfoncé de portes ouvertes… 
Donc vous aurez compris (bis), que les réseaux sociaux font partie intégrante de ma vie. 

Si nous reprenons : YouTube + réseaux sociaux = Mama Pitch contente

Quoi de plus naturel du coup que la déesse avignonnaise des réseaux sociaux qui se trouve être une amie, me propose en 2019 de faire partie de l’équipe des CM pour couvrir le Frames festival.
Une petite initiation à Instagram et Twitter, que je maîtrisais aussi bien que Renaud son abstinence.
J’avais alors découvert un job dynamique et créatif, une équipe en tarte au citron meringuée et de joyeux bénévoles qui ont semé chez moi des graines d’envies de création de contenu !
D’ailleurs je vous présente notre team en chocolat :

Amour et pêche melba !

Et c’est ainsi que vous avez connu Pitchbull, qui est certes le meilleur blog du cosmos, mais aussi dont les performances me serviront de références pour de futurs jobs. Bref, voilà !

Du coup ? C’est tout bonus ?
Oui ! C’est fun ! Mentalement épuisant et physiquement exténuant…mais fun !

PARTIE 1 : FRAMES PRO

Jour 1

Tranquille, aujourd’hui ça démarre à 14h00.
Je retrouve la team (d’amour) pour une réunion sur la stratégie à adopter, les affectations et la répartition des rôles. 
Deux resteront à la tour de contrôle pour surveiller en permanence l’activité des différents réseaux, répondent aux commentaires et aux messages.
J’en profite pour faire connaissance avec le lieu qui nous accueille.
Je dis donc bonjour au Palais des Papes (que je connais depuis 38 ans quand même)  et à ses 12973766 marches. 
J’apprends le petit nom de chacune d’elles, on va devenir très proches, l’entente cordiale au travail c’est essentiel !

13h45 : Synchronisation des comptes et des mots de passe, derniers trafics de chargeurs… Go ! 

Ca commence bien !
A peine descendue de la tour de contrôle, et…merde !
J’ai oublié mon masque. D’un tempérament distrait, je suis habitué à cette défaillance cérébrale que mes amis ont gentiment baptisé la “Jasminade”.
Des marches en plus, mais… des kilos en moins.


J’assiste au début de la projection de “Soup”, un pilote fort amusant et très créatif.
Une photo, un tweet, une story insta et on avance !
C’est parti pour la première conférence :

  • « Les videastes sont-ils des artistes ? » Pour moi, c’est un grand oui.


Go go go ! Pas le temps d’approfondir : 2 tweets, des notes, des photos à prendre.

Une petite honte publique en cadeau ? (sinon c’est pas drôle) !

Vous savez, le CM, tel un Ninja du numérique, doit savoir se fondre dans le décor pour ne pas perturber l’intervention et faire preuve de discrétion lors de son départ.  Et c’est sans cette qualité (que j’avais dû jasminader à la maison), que j’ai décidé de… m’asseoir.


Une fois passée l’envie de m’enterrer sous une terrasse façon De Ligonnès, je file à la deuxième conférence :
« L’étude du cas Bob Lennon » : pour vous la faire courte, c’est l’histoire d’un crowfunding qui réclamait 5000 € pour un projet, et qui a fini avec près d’un million, prouvant ainsi qu’une communauté pouvait être très engagée.
Tweet, tweet…on repart.
Dernière intervention de la journée : la plénière d’ouverture, où organisateurs et partenaires nous parlent de la création vidéo aujourd’hui : Arte, YouTube, la SCAM…
Tweet, tweet.
Apéro dinatoire offert par un des partenaires. Enfin ! Le verre de blanc salvateur.

Quelques photos pour l’ambiance, quelques rencontres et serrages de mains, du réseautage…
C’est un vrai boulot mes petits lapins à la moutarde ! N’en déplaise à Thierry Ardisson !
Retour à ma base spatiale. Douche. Dodo.



Jour 2


Le réveil est déjà plus difficile…Mon statut de femelle quadra à la circulation veineuse comparable à celle du périph Parisien aux heures de pointes, me ramène à la dure réalité.
Mes jambes sont lourdes. Mes paupières aussi d’ailleurs… Pas d’Abbé Soury, on fera avec.
Mes chats sont plus collants que des morpions ce matin : “J’ai pas le temps les gars !!!
Puis… je me rends compte que j’ai très légèrement omis de leur donner à manger entre la douche et le dodo.
OK ! Uber croquettes et c’est parti pour la tour de contrôle !

Stratégie, planning et surtout organisation pour le repas de midi (y’a des priorités) !
Donc au programme ce matin :

  • Une intervention de YouTube sur les mécanismes de mise en avant des vidéos sur leur plateforme.
  • Table ronde : Quel statut professionnel pour les vidéastes ?


Bon…tweet tweet tweet, vous connaissez la chanson mes petits chaussons aux pommes !
Miam-Midi,Miam miam, Glou glou.
OMG ! Je n’ai plus que 57 % de batterie !
Un CM sans son portable, c’est un Jean-Pierre Pernaut sans son 13h. Bon à rien.
“Y’a-t-il-un docteur chargeur dans la salle ?!?!”
L’après midi, les conférences de mon planning vont du harcèlement en ligne à la projection de “Présumé Coupable” documentaire produit par Amnesty International, qui traite des abus de garde à vues et procédures pendant la crise des gilets jaunes.
Je suis un peu vénère en sortant…
Se concentrer sur le boulot ! Oublier la fatigue, donner le meilleur, et manger des compotes.
Les intervenants et partenaires sont tous invités le soir à un cocktail dinatoire au Parc Spirou, privatisé pour l’occasion !
Il va falloir reposter tous les messages sympathiques des participants pour faire vivre l’évènement.
Oui…mais pas moi. Les copines s’en chargent, moi je rentre dormir.
Sans oublier de nourrir les chats cette fois-ci.

Jour 3

L’oeil en trou de pine, je tente d’élaborer un plan qui me permettrait de dormir 7 minutes de plus.
Si je squeeze l’étape “crème de jour » et “rangement de la vaisselle propre” je peux gagner 5 minutes… Où diantre fichtre vais-je trouver les deux restantes ?
Je consens alors au sacrifice ultime et je quitte mon appartement avec un lit défait.

Mes pieds m’emmènent à la tour de contrôle en mode auto-pilote, et c’est l’esprit aussi frais que les restes du saumon de Noël que je rejoins les copines pour le traditionnel débriefing.
Je suis attentive mais, en scred, je cherche du regard un coin de moquette capable d’accueillir ma carcasse entre 2 conférences.
Allez dernier jour du Pro !

Au menu aujourd’hui :

  • Comment mesurer les audiences sur le web ? 
  • Les nouvelles techniques d’enquêtes vidéo : proposée par Le Monde, cette conférence passionnante nous parle de la multiplication des supports vidéos et de leur utilisation lors de la crise des gilets jaunes.

Miam miam, un demi tranche de jambon, un bout de fromage et un petit verre de blanc… parce que j’aime le goût du blanc.

14h00 : Une table ronde sur le sujet de la charge mentale et de l’injonction à poster sur les réseaux. Ah ! Celle-ci, je la voulais aussi fort que ma première Nintendo.
On a tendance à oublier de liker, commenter ou partager, en se disant que quelqu’un d’autre le fera (votre Mama Pitch en tête).
Mais derrière chaque post, c’est du temps, du travail et parfois pour un bien maigre résultat… Rien n’est plus décourageant (hormis peut-être un jeu From Software).
Alors on publie de plus en plus, on a peur de saouler l’internaute, on commence à faire comme les autres…du remplissage.
Connaître et respecter sa ligne éditoriale permet de s’en sortir un poil mieux, enfin je l’espère.
15h00 : Sortie de la table ronde.

Mais ! Mais ! Attends… J’ai une demie heure avant la prochaine!


Je vais pouvoir m’allonger sur ce coin de moquette que j’ai repéré.
Gilet sur les yeux, je me jette sur Morphée aussi vite qu’ un clodo sur un Big Mac.
Et comme les copines n’ont pas hésité, je vous en fais profiter…

Image rare de votre Mama Pitch endormie comme un vieux sac avec un masque Pokemon

Je me lève avec la trace du gilet sur la joue et un peu de bave au coin de la lèvre.
Partons pour la prochaine conférence : Quelles plateformes pour quel contenu ?
Il est vrai que certains vidéastes et contenus ont commencé à s’emparer de Twitch, Tik Tok et autres. C’est un facteur de réussite à ne pas négliger que de savoir utiliser les spécificités d’une plateforme.
Tweet tweet tweet
Je rejoins les copines et nous couvrons le dernier évènement ensemble.
Ce soir, c’est soirée de clôture au Delirium ! Ça va être sympa ! Je vous rejoins les filles !
Ah ?…. On me dit dans l’oreillette qu’en fait non. 
Je vais plutôt faire la pire rage de dents de l’histoire, du monde et de l’univers.
Un méga antalgique, une poche de glace et une nuit qui commence à 19h.

Espérons que ça suffira… Parce que demain…On ne rigole plus.
Demain, c’est le début du marathon Frames !

Marathon que je vous raconterais la semaine prochaine dans “Moi, CM au Frames #2”

Jasmine.B (L’ex-belle soeur de Josiane)

[NDLR] : Mama Pitch comprend qu’il est facile d’oublier de laisser un like, un mot et surtout de partager, mais pensez-y, ça fait plaisir, ça combat le découragement et éradique les moustiques



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s